8- Mur Sud de la tour d'Origine

     
 

 

La façade Sud est la plus endommagée du site.

Reconstruite, sans doute plusieurs fois dès le XIe siècle, elle fut emmottée par l’apport de matériaux extérieur vers le début du XIe siècle. Des traces visibles sur la paroi laissent apparaître le niveau de l’emmottage.

C’est en cherchant l’entrée de la tour d’’origine qu’ont été mis à jour, après un très important travail de terrassement dans les années 1980, l’ensemble de la façade tel que vous le voyez. D’autres sondages réalisés en 2007 puis en 2009 ont permis de savoir que ce mur descend encore plus bas sur une hauteur de 3 m. Si la partie haute visible correspond à la fin du moyen-âge et à l’époque moderne, la base, hélas aujourd’hui recouverte après les sondages, en opus spicatum (arête de poisson), remonte à la période ducale du Xe siècle.

La plateforme sur laquelle vous êtes a été créée à cet endroit par l’emmotage afin de servir de jonction avec la basse-cour militaire et la basse-cour civile toutes deux situées en face et en contrebas.

A la fin du XIVe siècle début XVe siècle un bâtiment de forme trapézoïdale a été construit en avancée de ce mur de la tour d’origine. Il en reste aujourd’hui sur le côté gauche de la façade (côté Ouest) la base d’une porte à deux jambages de pierres de taille avec un amortissement rappelant ceux des angles du glacis du clocher de l'église Saint Martin d’Ivry. Les travaux de terrassement entrepris à l’époque on révélés au niveau du sol les fondations d’un mur reliant en oblique la tour qui existait à la pointe de la façade orientale à une autre tour ou tourelle située en prolongement de la porte décrite à la pointe de la façade occidentale. Cette emprise aujourd’hui recouverte laisse un espace plus vaste qui sert au quotidien de lieu de repos ou piquenique avec des tables et des bancs et occasionnellement d’espace pour diverses manifestations ou festivités.

Sur la partie haute du mur Sud entre les deux contreforts vous pouvez voir une portion plane qui correspond à un seuil de passage entre le plancher de ce bâtiment et les constructions latérales à la tour d’origine coté oriental. Nous verrons plus loin, lorsque nous serons à l’intérieur,  que ce passage débouche sur une tourelle contenant un escalier à vis en encorbellement partant de la coursive pour desservir une petite salle de 6 x 3m dont l’utilité n’a pas été reconnue à ce jour mais qui sert de liaison avec les logements à l’étage.

Derrière vous au Sud la plateforme est délimitée par une muraille qui s’arrête au ras du sol et marque la frontière entre l’espace seigneurial et la basse-cour militaire.

Si aujourd’hui un raidillon relie les eux espaces on ne sait toujours pas comment et par quel moyen était assuré la liaison entre les deux niveaux.

L’existence, à droite de ce raidillon et en sous-sol de la plateforme d’une assez longue galerie possédant des box ayant pu servir pour les chevaux pourrait expliquer en partie cette communication si un débouché avait été découvert. Mais il n’en est rien. L’entrée de la galerie ayant été obstruée et envahie par les arbres depuis les années 1970 pour raison de sécurité le véritable usage et fonctionnalité de la galerie reste encore une interrogation.

 

 

 
 

 Revenir à la carte  parcours visite   Poursuivre la visite punaise accroche Quitter   Quitter