De 1123 à 1196 la forteresse occupe une place non négligeable

 

 

En 1123 Robert III de Goël décède,  son fils Guillaume de Louvel hérite d’Ivry jusqu’à sa mort en 1170.

Durant tout ce temps la forteresse d’Ivry continue d’occuper une place non négligeable dans l’histoire de la Normandie car pendant la guerre froide qui s’instaure pour la succession du trône d’Angleterre et pour la possession de la Normandie entre Henri Ier Beauclerc et Louis le Gros puis entre Henri II Plantagenet et Philippe Auguste, elle reste  en première ligne ballotée entre les deux camps.

C’est d’abord Henri 1er Beauclerc qui rendu furieux par le naufrage de la Nef Banche est privé d’héritier mâle et voit que l’alliance des barons normands s’est renouée autour de Guillaume de Cliton sous l’œil bienveillant de Louis le Gros. Un contexte auquel il faut ajouter que Guillaume Louvel, en possession d’Ivry, épouse la révolte menée par Galéran de Meulan et que Mathilde, la sœur de ce dernier, par son mariage scelle un pacte entre le chef des conjurés et le sire d’Ivry. Guillaume Louvel et ses amis sont battus l’année suivante à la bataille de Bourtheroulde mais il ne s’avoue pas vaincu et tente encore plusieurs coups de main jusqu’en 1124 où il ne doit sa chance qu’au fait de ne pas être pris. Réussissant à se faire pardonner, il retourne dans le giron anglais ce qui lui vaut de conserver le château d’Ivry.

Une période d’anarchie s’installe, en 1135 après la mort d’Henri 1er Beauclerc, durant laquelle meurtres et pillages secouent la Normandie. Guillaume Louvel apporte son soutien à Mathilde dit « l’Emperesse », fille d’Henri 1er Beauclerc seul héritière du trône d’Angleterre, en conduisant une expédition punitive avec le comte de Meulan contre Roger de Conche.

Dans le même temps la ligue, favorable à Geoffroy V d’Anjou dit « Plantagenet » soutenu par Louis VII le Jeune, nouveau roi de France, est victorieuse. Geoffroy V se rend maitre de la Normandie et du trône anglais mais il remet en 1151 la couronne ducale à son fils Henri II dit HENRI Plantagenet qui s’empresse d’épouser Eléonore d’Aquitaine que Louis le Jeune venait de répudier au Concile de Beaugencie. Une situation qui fit entrer en  conflit Louis VII et généra une guerre froide de 11 années entre les deux souverains durant laquelle Ivry tient également un place non négligeable.

Dès 1155 Guillaume Louvel avait procédé au partage entre ses enfants des châtellenies dont il était maitre. L’ainé Galéran 1er d’Ivry garde Ivry tandis que son cadet reçoit Anet, Bréval et Illiers-l’Evêque. Poursuivant les errements de son père il participe à la révolte dite du jeune roi qui fit dresser une grande partie de la féodalité normande contre le roi Henri II Plantagenet. Il finit par soumettre en 1175 avec la garantie de garder possession de la totalité de ses biens jusqu’à sa mort. En 1177 au moment où fut signé le premier traité d’Ivry dit traité d’Ivry-Nonancourt, les deux belligérants se jurent amitié et s’engage dans un pacte de non-agression ainsi qu’à mener une croisade commune.

Le roi Henri II Plantagenet ayant aliéné à son compte les deux fils de Galéran 1er d’Ivry, Robert IV d’Ivry et Goël d’Ivry, le château d’Ivry qui avait une importance stratégique considérable fut directement rattachée au royaume d’Angleterre où il fut alors un enjeu et au centre de nombreux faits.

En 1180, après qu’intervint le traité de Gisors qui conforte celui d’Ivry en 1177 et au moment où le roi Philippe Auguste succède à Louis le Jeune sur le trône de France, une rencontre entre le nouveau roi de France et le roi d’Angleterre intervint à Ivry mais la paix ne put s’installer. En 1188, Henri II Plantagenêt porte les armes dans le Mantois. Tous les villages entre Dreux et Gisors sont victimes de ce conflit provoquant la réaction de Philippe Auguste. Henri II Plantagenêt repoussé à Mantes se réfugie dans la forteresse d’Ivry en 1189. Le château devient alors le lieu d’une nouvelle entrevue qui se soldera par un nouveau traité de paix où les deux rois décident de partir en commun en croisade mais Henri II Plantagenêt meurt en 1189 et c’est Richard Cœur de Lion qui lui succède contraint de respecter les engagements de son père. Le caractère fort des deux rois fait que l’alliance est malheureuse et qu’ils ne peuvent  cheminer ensemble en croisade. Tous les deux rentrent. A peine de retour, Richard Cœur de Lion oblige Philippe Auguste à reculer alors qu’’il s’était avancé jusqu’à Rouen et qu’il était entré en possession de Pacy et Ivry. Une énième négociation s’instaure mais pour qu’elle ait des chances d’aboutir elle est incrémentée d’un mariage. Richard Cœur de Lion s’engage à unir sa nièce, Aliénor de Bretagne, à Louis VIII, fils de Philippe Auguste. Dans la corbeille comprenant Gisors, Neaufles, Bouderont, le Vexin Normand, Vernon, Pacy et 20 000 marcs d’argent, figure le château d’Ivry. Mais la guerre recommença durant cinq ans et il faudra cependant attendre 1196 pour que  Pacy, Vernon et Nonancourt rejoignent Ivry et deviennent française par le traité de Gaillon confirmé  par une nouvelle rencontre et le traité de Goulet signé en 1200.

 

 
 

 Revenir à l'historique Historique     Quitter et débuter la visite parcours visite   Quitter  quitter