Histoire du chateau

 

 

Bonjour, bienvenu sur le site historique du château d’Ivry. Avant de commencer la visite nous allons vous conter l’histoire mouvementée du château d’Ivry. Pour chacune des périodes évoquées vous pourrez en savoir plus en cliquant sur : (En savoir plus), puis revenir aussitôt après à la suite de l’historique.

 

Tout commence dans la deuxième moitié du Xe siècle, quelques années après le traité de Saint-Clair sur Epte. Richard Ier, fils de Guillaume Longue Epée et petit-fils de Rollon confie Ivry à son demi-frère Raoul de Bayeux qui devient le comte Raoul d’Ivry.  (En savoir plus) 

 

Vers 960 Richard Ier demande à Raoul de construire une tour pour défendre la frontière avec la Francie, administrer le secteur et surveiller cet axe important qui relie le domaine de France à la toute nouvelle Normandie.

La réalisation de la Tour est confiée à Lanfred. Un célèbre architecte qui a en référence la construction de plusieurs forteresses similaires dont celle très réputée de Pontivy dans le Loiret. Lanfred est placé, en l’absence de Raoul, sous l’autorité d’Alberède.  Tout se passe formidablement bien mais lorsque le chantier arrive à sa fin, Alberède fait décapiter l’architecte afin qu’il ne divulgue pas les plans d’Ivry qui selon les chroniqueurs de l’époque était : « une tour célèbre, grande et forte ».  De retour à Ivry Raoul fait à son tour exécuter Alberède pour son méfait. (En savoir plus) 

 

Après le décès de Raoul c’est son fils Hugues qui hérite de la tour d’Ivry mais il entre en rébellion contre Robert 1er Magnifique, son parent le Duc de Normandie, qui lui prend et confisque la forteresse. Robert 1er en restera propriétaire jusqu’en 1087. (En savoir plus) 

 

En 1066, Roger d’Ivry, petit-fils de Raoul échanson de Guillaume le Conquérant participe à la conquête de l’Angleterre auprès du duc de Normandie. C’est sur son conseil qu’après la victoire d’Hasting en 1070 qui mit fin à la campagne d’Angleterre, que Guillaume le Conquérant fait édifier la Tour de Londres (la White Tower) sur le modèle de la Tour d’Ivry dont l’architecture militaire est un modèle en Europe occidentale. 

En 1071, Roger d’Ivry qui détient, après la victoire d’Hasting, plusieurs terres et manoirs dans divers comtés d’Angleterre revient à Ivry où construit l’Abbaye Notre Dame d’Ivry. (En savoir plus) 

 

De 1077 à 1119, le château d’Ivry fait l’objet de nombreuses convoitises. Une longue lutte de succession s’instaure entre Ascelin Goël et la famille de Breteuil (d’abord Guillaume puis Eustache) pour la possession d’Ivry. C’est le roi d’Angleterre duc de Normandie  Henri 1er Beauclerc qui mettra un terme à cette querelle en attribuant le château d’Ivry à Robert Goël. (En savoir plus) 

 

En 1119 Louis Le Gros est défait à la Bataille du Bois de Brémule. Il repasse par Ivry et incendie le château d’Ivry. (En savoir plus) 

 

Entre 1123, date de décès de Robert Goël et 1170 le château revient à son fils Guillaume de Louvel. Malgré la guerre froide qui s’instaure pour la succession du trône d’Angleterre et pour la possession de la Normandie Ivry gardera une place non négligeable. 

De 1123 à 1195, Ivry reste au centre. Après la mort d’Henri 1er Beauclerc, en 1135,  survient une longue période d’anarchie mettant en scène Henri II dit HENRI Plantagenet, Eléonore d’Aquitaine, Louis VII qui débouchera sur une guerre froide qui durera onze ans. Les châtellenies de Guillaume de Louvel sont partagés  entre Galéran 1er d’Ivry garde Ivry et son cadet qui reçoit Anet, Bréval et Illiers-l’Evêque. Deux traités seront signés à Ivry : l’un en 1177 où plus d’une paix ils s’engagent à partir en croisade. (En savoir plus) 

 

En 1196, Ivry est rattaché au royaume de France. La capitainerie du château est confié à Robert IV d’Ivry qui en restera maître jusqu’à sa mort en 1234. Durant cette période le château fait l’objet de nombreux travaux pour améliorer sa défense. (En savoir plus) 

 

En 1210, fortement armée la forteresse dénombre dix balistes et a comme voisin direct le roi de France Philippe Auguste qui possède à titre personnel Pacy, Bréval ainsi que les revenus de toutes châtellenies environnantes.

En 1211, le fils de Robert IV d’Ivry s’allie au roi de France mais meurt avant son père en 1232 sans que l’on puisse lui attribuer un rôle important par rapport au château d’Ivry. Par contre à la même date, sous couvert du roi, Bréval passe aux mains d’Ivry reformant un territoire immense semblable à celui qui existait à l’époque d’Ascelin Goël.

Outre Bréval, dans l’étendue placée sous l’autorité de Robert IV sire d’Ivry figure Garennes, Saint André, La Neuville, Serez et bien d’autres lieux dont nombres de châteaux situés en France dépendant directement de Bréval. Cette configuration subsistera jusqu’à la succession de Diane de Poitiers.

Vers 1253 le château d’Ivry revient à Robert V d‘Ivry dit Robin, fils de Galéran II, qui décèdera vers 1283 sans que l’on sache grand-chose sur ses agissements sinon qu’en 1271 la forteresse est placée sous la garde d’un des petit fils de Galéran II  nommé également Robert. Connu sous le sobriquet de Robinet, Robert VII tiendra la place jusqu’à 1293 sans qu’il soit pour autant qualifié de seigneur d’Ivry.

En fait, à cet instant et durant près d’un siècle la succession aux responsabilités d’Ivry est jalonnée de plusieurs Galéran, Robert, Jean et Guillaume et elle reste pour les historiens une part d’ombre difficile à éclaircir. La seule chose que l’on puisse affirmer c’est que pendant ce laps de temps Ivry vit une période de calme relatif durant laquelle la forteresse ne jouera qu’un rôle de second plan. Les seuls évènements intéressants que l’on puisse retenir étant la venue à Ivry, en 1317, du roi de France Philippe V alors qui se rendait au Vaudreuil signer une lettre par laquelle il permettra aux ecclésiastiques de la ville d’acquérir et posséder des biens immeubles et la signature d’une transaction par Robert VII d’Ivry pour le patronage et l’administration de la Maladrerie de la Chaussée d’Ivry en 1318. (En savoir plus) 

 

Durant la première moitié de la guerre de cent ans qui débute en 1353 et ne fut jamais une guerre de batailles rangées opposant la dynastie des Plantagenets à celle des Valois et à travers elle le royaume d’Angleterre et celui de France, le château d'Ivry devint le lieu de réunion d'ambassadeurs chargés de négocier la paix entre les factions d'Orléans et de Bourgogne(En savoir plus) 

 

En 1418, le duc de Goulcester reprend le château après 40 jours de siège.

En août 1423, quatre cents soldats français sous les ordres du capitaine Girault de la Pallière reprennent Ivry par un effet de surprise du à une défaillance dans le système de guet anglais. 

En 1424, le duc de Bedford met le siège devant le château, n’ayant pas eu les renforts du Roi de France, le capitaine remet les clés de la forteresse à l’assiégeant. La Bataille qui devait avoir lieu à Ivry se déporte alors Verneuil sur Avre. 

C’est à partir de cette époque  que commencera la destruction du château.  (En savoir plus) 

 

En 1449, alors que le château est toujours entre les mains des anglais, Jean de Dunois, compagnon et capitaine des troupes de Jeanne d’Arc, occupe la ville d’Ivry encore fortifiée et se blottit au pied des murailles du château. Les textes ne rapportent pas de bataille mais ce qui reste de la forteresse fortement endommagée tombe entre les mains du capitaine Dunois qui fait démanteler le château afin que personne ne puisse le prendre et s’en resservir.  (En savoir plus) 

 

Ce dernier épisode marque la fin du château d’Ivry comme enjeu. Ivry ne jouant plus aucun rôle militaire  ce qui subsiste n’est plus alors que simple résidence.

Certes la baronnie d’Ivry est rachetée par Diane de Poitiers et elle  connaîtra beaucoup d’autres épisodes jusqu’à être le théâtre de la fameuse bataille d’Ivry en 1590 mais ça c’est une autre histoire.

 

En 1968, un groupe de bénévoles, sous la direction de Robert Baudet entreprend le déblaiement des ruines du château. Les travaux dureront douze ans durant lesquels 15 000 m3 de remblais seront enlevés pour offrir l’aspect que vous allez découvrir.

Le monument a été classé en 1990. Il constitue avec son environnement un site touristique et historique remarquable.

En 1996 la municipalité, avec le concours des beaux-arts fait procéder aux premiers travaux de restauration qui se poursuivront en 1997 et 1998.

Entre  2005 et 2010 des fouilles archéologiques ont permis de confirmer plusieurs hypothèses  et d’apporter des réponses sur nombres de questions restées en suspens.

(Pour en savoir plus sur les fouilles allez sur l’onglet Château du site de l’association Les Vieilles Pierre et consulter le chapitre : L’aventure humaine)

 

Aujourd’hui tout n’est pas achevé. D'importants travaux de restaurations sont à prévoir et Il reste beaucoup de choses à découvrir notamment dans les basses cours, aussi la suite de l’aventure initié en 1968 reste à écrire.

 

 
 

 

 Accéder au circuit de visite parcours visite   Débuter la visite punaise accroche Quitter  quitter