Hildeburge de Gallardon

Hildeburge de Gallardon

Cette page a été réalisée à partir des éléments recueillis dans les ouvrages écrit par  François-Joseph MAUDUIT* et  Michel BRICAUD**, ainsi que des informations  trouvées sur internet.

 

Le nom de Hildeburge reste dans l’histoire d’Ivry parce que sa vie, selon les bollandistes1  et hagographes2 ne fut que vertu et demeure attaché à deux légendes qui en firent sa renommée;

 

Epouse de Robert II d’Ivry dont elle eut trois fils Hildeburge de Gallardon fut veuve assez vite en 1083 après que son mari victime d’une grave maladie et craignant la mort se fit moine en l’Abbaye du Bec.

Poussé par ses fils elle se résout à épouser un chevalier noble et riche. Mais le jour de son mariage elle est victime de l’effondrement de l’escalier qu’elle empruntait. Fortement meurtri par cette chute elle vie dans ce fait un signe de Dieu qui lui interdisait de se remarier.

C’est alors que commença pour elle une vie de mortification, d’abstinence et de bonnes œuvres. Elle parcourt alors tous les couvents leurs faisant quelques dons selon sa richesse afin d’obtenir le droit de rester. On rapporte que : « à Ivry, de ses biens et de ceux de son fils Goël, elle fonda une maison pour donner l’hospitalité aux hôtes, aux étrangers et aux pauvres. Elle y établi aussi un four et pourvut selon ses moyens aux dépenses nécessaires. ».

 

Tourmenté par les guerres incessantes que faisaient ses fils et sa richesse s’amenuisant elle demande à son fils Goël de lui céder les terres qu’il possédait à Joui-sur-Oise (aujourd’hui Jouy-le-Moutier) afin qu’elle puisse faire construire une maisonnette auprès du couvent de Saint Martin de Pontoise et y finir ses jours en paix Elle n’arriva pas à convaincre son fils mais obtint que les religieux puissent en avoir la jouissance jusqu’à la mort d’Hildeburge.

 

C’est après le décès d’Hildeburge que deux légendes finirent d’incrémenter la vie de la vertueuse femme:

m

  • L’une raconte que son fils Goël rêvant d’Hildeburge la vit l’haranguer le traitant de spoliateur et voulant le frapper d’un couteau s’il ne restituait pas son héritage au religieux. Goël finit par rendre au couvent tout son héritage de Jouy.
  • L’autre que lors d’une apparition elle lui demanda de verser une somme de quatre livres de monnaie à Dreux. Goël là aussi se résigna, fit célébrer une messe en l’honneur de sa mère et versa jusqu’à sa mort une dime à l’Abbaye de Pontoise.
 

L’un des vitraux de l’Eglise Saint Martin d’Ivry représente, dans la lancette centrale, Hildeburge auréolée et revêtue d’une grande robe verte tenant entre ses mains un livre et une chasse en forme d’édifice. Hildeburge repose en l’Abbaye de Pontoise.

 

1Bollabdiste La Société des Bollandistes regroupe des savants, exclusivement jésuites jusqu'en 2000, chargés d'étudier les vies, et plus généralement le culte, des saints chrétiens

 

2Hagiographes personne qui après étude de la vie ou de l'oeuvre d'un Saint rédige les textes l concernant ce Saint. Les exte sont ceux qui seront lus pendant les offices ou les prédications. On donne souvent à ces texte le nom de légende (du latin legenda, « ce qui doit être lu ».

 

         *   « Histoire d’Ivry-La-Bataille et de l’Abbaye de Notre Dame d’Ivry » par JF MAUDUIT-1899

**  « Histoire d’Ivry-la-Bataille et de ses environs »  par Michel BRICAUD-1997