historique du château

Histoire du château d’Ivry

L’histoire remonte au Xe siècle.

En 911 suite au Traité de Saint Clair sur Epte signé par Charles III dit le Simple (roi de la Francie occidentale) et Rollon (chef Viking) une partie de la Normandie se dote d’innombrables mottes féodales construites en bois.

Vers 927 Guillaume « Longue Epée », fils de Rollon, succède à son pére mais ce n'est que vers 940 qu'il fait élever à Ivry, à l’extrémité sud est du Duché un château primitif en haut des coteaux dominant la rivière Eure.

Ce château primitif, sorte de résidence constituée d’une tour maitresse carrée en pierre, est à cette période une révolution architecturale en Normandie qui servira ensuite de modèle à nombre de seigneurs de l’époque.

Vers 980 Richard 1er, fils de Guillaume, donne le comté d’Ivry à son demi-frère Raoul de Bayeux qui laisse à son épouse Alberède le soin de choisir un architecte (Lanfred) pour construire une Tour résidence en pierre.

Nul n’est certain de la date précise de la première construction, mais il est certain qu'elle fut commencée au Xe siècle.

Dudon de Saint Quentin (premier auteur de l’histoire des Normands) dans De moribus et actis primorum Normanniae ducum (« Des mœurs et des Actions des premiers ducs de Normandie ») n’avance aucune date précise. Par contre il cite l’architecte Lamfredum architectum (Lanfred ou Lanfroy) réputé pour avoir construit également la Tour de Pithiviers dans le Loiret. La petite histoire rapporte qu’Alberède mit à mort l’architecte Lanfred pour qu’il ne construise pas un autre édifice de cette qualité dans la région. Mais ça…

En fait, il semble à l’appui des fouilles réalisées depuis 1968 qu’il y eut d’abord une tour carrée (la Tour résidence décrite ci-dessus) que Lanfred transforma, vers la fin du Xe siècle début XIe, en une première forteresse. A la Tour résidence (grande salle palatiale) Lanfred greffe une  chapelle à laquelle est accolée une tour haute (sorte de donjon) sous laquelle se trouve un cellier. On ignore la hauteur de l’ensemble mais elle était sans nul doute de plusieurs niveaux.  Le site se compose alors d’une cour haute qui cerne directement le château et d’une basse-cour sur trois niveaux qui accueillait un habitat dépendant directement du château (Il faut attendre 1080 pour qu’une bourgade se développe dans la vallée au pied de l’éperon).

En 1015 Hugues le fils ainé de Raoul qui porte honorifiquement le titre d’évêque de Bayeux, hérite du site d’Ivry et obtint par le mariage de sa sœur Emma avec Obsern le Sénachal les terres de Breteuil et de Pacy-sur-Eure mais il se heurte en 1027 au nouveau Duc de Normandie Robert Ier dit Le Magnifique.

Tenu à l'écart du conseil du roi, Hugues consolide les défenses du château d’Ivry en transformant cet ensemble en une tour rectangulaire pourvue d’au moins deux niveaux puis il part en Francie renforcer la garnison. Le duc Robert  en profite pour assiéger et s’approprier le château qui restera dans le domaine ducal jusqu'à la fin du règne de Guillaume le Conquérant. Resté longtemps en exil, Hugues rentre en grâce en novembre 1032 mais décède au concile de Reims en 1043 sans avoir récupéré le château d’Ivry.

Suite à la révolte de puissants barons Normands menée par le Comte de Brionne après l’investiture de Guillaume le Bâtard (le Conquérant) en 1035, ce dernier met le siège à Ivry bloquant toute communication avec la ville basse. En 1047 les barons sont défaits à la bataille de Val-es-Dunes et Guillaume le conquérant confie le château d’Ivry à un de ses fidèles Roger d’Ivry, son échanson fondateur de lAbbaye d’Ivry en 1071.

Mais en 1089 peu après  la mort de Guillaume le Conquérant, son fils Robert également connu sous le nom de Robert de Courteheuse cède la forteresse à Guillaume de Crépon seigneur de Breteuil (Guillaume de Breteuil) en échange du château de Brionne. Ce qui ne fait pas l’affaire Ancelin Goël seigneur de Bréval, prétendant à la succession, qui prend la forteresse d’Ivry de force faisant prisonnier Guillaume de Breteuil. Une action qui génère énormément de mécontentement et va marquer le début d’une longue lutte de succession.

L’année suivante, en 1090, le conte Robert de Meulan, fils ainé de Roger de Beaumont, revendique la place mais en vain. En 1091 Guillaume le Roux (fils de Guillaume le conquérant et frère cadet de Robert de Courteheuse avec qui il est en opposition) met le siège en contre bas du château d’Ivry afin d’interdire l’accès des assiégés à la ville.

C’est en 1092 que  Guillaume de Breteuil fils d’Osbern de Crépon et Gunnor (seconde épouse de Richard 1er) qui avait hérité des terres de son père mais également de son oncle Hugues de Bayeux reprend Ivry. Il  est contraint de céder le site par la force à Ancelin de Goël (son vassal, fils de Robert II d’Ivry et Hildeburge de Gallardon). La paix ne dura pas, Guillaume de Breteuil reprit les hostilités. Voulant assurer sa mission, il s’installa dans l’Abbaye d’Ivry et entreprit de s’y fortifier. A la pentecôte, Ascelin accompagné de son armée descendit de son château d’Ivry et mit le feu à l’Abbaye.  Tous les bâtiments, l’église et le mobilier furent brulés mais le château fut épargné. Guillaume  de Breteuil échappa de peu à Ascelin de Goël mais d’autres  n’eurent pas cette chance. Guillaume de Breteuil ne pouvant plus supporter les représailles d’Ascelin de Goël prit la décision de rencontrer à la fois le Roi de France Philippe 1er et le Duc de Normandie (Richard II) pour obtenir, moyennant finance, leur concours à sa cause pour règlement du conflit.

Au terme de la médiation Ascelin de Goël rendit le château à Guillaume de Breteuil qui en restera maitre jusqu’à sa mort en 1103. Aussitôt son épouse revendiqua la possession d’Ivry  et autres biens au nom de ses enfants Eustache et Isabelle mais ils durent faire face à Renaud de Grancey et Guillaume de Gaël neveux légitimes de Guillaume de Breteuil. Au décès de Guillaume de Gaël, Renaud restant seul fait alliance avec Ascelin Goël pour contrer Eustache. Ce dernier appelle à la rescousse Henri 1er Beauclerc qui lui fit part de sa garantie et lui offrit sa fille Juliane de Frontevrault en mariage.

Ascelin de Goël s’estimant lésé d’Ivry continua ses exactions maintenant l’ensemble de l’Evrecin en état de guerre. Aussi, dès 1113 Henri 1er Beauclerc (Roi d’Angleterre), en quête de reprise des territoires Normands envoya le Comte Robert de Meulan (1er comte Leicester et compagnon de Guillaume le Conquérant) négocier une paix entre les belligérants.

Bien qu’Ascelin Goël de retour en grâce avec Henri 1er Beauclerc se revit confier nombre de ses fiefs dont celui d’Ivry jusqu‘à sa mort, il semble que dès 1118 la garde du château d’Ivry soit placée sous l’autorité d’un capitaine : Raoul Harenc noble seigneur de l’Evrecin qui aurait des liens avec la famille d’Ivry.

Cette situation marque l’importance et l’intérêt stratégique d’Ivry pour les monarques anglais puisqu’ils ont l’habitude de placer des garnisons dans les forteresses de leurs vassaux afin de garantir une présence armée.

Néanmoins cela ne désarme pas la lutte pour la possession de la forteresse d’Ivry qui s’instaure maintenant entre Eustache de Breteuil et Guillaume Cliton avec au centre Raoul Harenc. Afin de garantir un accord de stabilité, le roi demanda à ce qu’il y eut un échange entre le fils de Harenc et les deux filles d’Eustache de Breteuil. On ne connait pas la raison qui a mené à énucléer le fils de Harenc mais les historiens attribuent l’instigation à Amaury III de Montfort qui cherchait l’affrontement par personnes interposées.

Raoul Harenc ayant appliqué la loi du talion, en énucléant à son tour les deux filles d’Eustache, une guerre d’un an s’ensuivit durant laquelle Robert Goël le fils d’Ascelin joue un rôle important auprès d’Henri 1er. Ayant repoussé Amaury sur ses terres de Montfort, Robert Goël est investi par le roi de la garde d’Ivry mais quelques mois après à l’occasion de la défaite de l’armée royale française conduite par Louis VI le Gros au bois de Brémule, Amaury III de Montfort lance une offensive au cours de laquelle Louis Le Gros, complétement défait, rentre au Andelys après s'être égaré dans la foret. Malgrè cet échec Louis le Gros revient en septembre 1119 sur Ivry où Il incendie le château avant de repartir en direction de Breteuil.

Suger dans son ouvrage consacré à la vie de Louis le Gros rapporte le fait mais n'évoque pas l’ampleur de cet incendie. Il nous est difficile de dire à quel degré ce sinistre a impacté l’édifice et minimisé la puissance stratégique de la forteresse cependant il semble que ce soit à partir de cette période que le château initial subisse de nouvelles transformations afin de le rendre plus défensif.

Conformément aux dispositions prises par Ancelin Goël avant son décès Ivry revient de droit à son fils ainé Robert III Goël mais ce dernier meurt en 1123 peut avant la révolte contre Henri 1er. C'est son frère Guillaume Louvel qui hérite d'Ivry jusqu'à sa mort que l'on situe entre 1166 et 1170. Durant cette période le château se trouva encore en première ligne balloté entre les deux camps. Cette situation rend Henri 1er furieux d'autant plus que le naufrage de la Banche Nef en 1120 le prive d'héritier mâle et que l'alliance des barons s'était renouée autour de Guillaume Cliton sous l'oeil bienveillant de Louis le Gros. Un contexte auquel il faut ajouter que Guillaume Louvel épouse la révolte menée par Galéran de Meulan et que, Mathide, la soeur de ce dernier, par son mariage, scelle un pacte entre  le chef des conjurés et le sire d'Ivry provoquant la réaction d'Henri 1er.

Guillaume Louvel et ses amis sont battus l'année suivante à la bataille de Bourtheroulde mais ils ne s'avouent pas vaincus et tentent encore plusieurs coups de mains jusqu'en 1124 où Guillaume Louvel ne dut sa chance qu'au fait de ne pas être pris. Réussissant à se faire pardonner et il retourne dans le giron anglais ce qui lui vaut de conserver son châteu d'Ivry

Après la mort d'Henri 1er en 1135 une période d'anarchie s'installe durant laquelle meurtres et pillages secouent la Normandie. Guillaume Louvel apporte son soutien à Mathilde dit "l'emperesse" fille d'Henri 1erseule héritière du trône d'Angleterre, en conduisant une expédition punitive avec le comte de Meulan contre Roger de Conches au cours de laquelle il se distingue par des dons accordés aux religions de la région.

Dans le même temps la ligue favorable à Geoffroy V d'Anjou dit "Plantagenêt" soutenu par Louis VII le Jeune nouveau roi de France est victorieuse. Geoffroy V se rend maitre de la Normandie et du trône anglais mais il remet en 1151 la couronne ducale à son fils Henri II, dit "Henri Plantagenêt", qui s'empresse d'épouser Eléonore d'Aquitaine que Louis VII le Jeune venait de répudier au concile de Beaugencie. Une situation qui entra en conflit avec Louis VII où les deux souverains s'affrontèrent dans ce qui a été qualifié de « guerre froide » pendant plusieurs décennies et durant laquelle la forteresse d'Ivry occupa unue place non négilgeable dans l'histoire de France, de la Normandie et de l'Angleterre.

Dès 1155 Guillaume Louvel avait procédé au partage des châtelleries dont il était maître entre ses enfants. L'ainé Galéran 1er garde Ivry tandis que son cadet Simon reçoit Anet, Bréval et Illiers l'Evèque. Poursuivant les errements de son père il participe à la révolte dite du "jeune roi" qui fit se dresser une grande partie de la féodalité normande contre le roi Henri II Plantagenêt. Il finit par se soumettre au roi en 1175 avec la garantie de garder possession de la totalité de ses biens jusqu'à sa mort en 1177 date à laquelle fut signé le traité d'Ivry-Nonancourt par lequel les deux belligérants se jurent amitié s'engageant dans un pacte de non-agression et à mener une croisade commune (la signature aurait eu lieu à Ivry au gué de Saint Remy mais les historiens ne sont pas tous d'accord).

Les deux fils de Galéran 1er d'Ivry, Robert IV d'Ivry et Goël d'Ivy, ne rentrèrent pas en propriété du château d'Ivry car Henri II Plantagenêt les aliéna à son compte. Le château d'Ivry dont l'importance stratégique était considérable fut alors directement lié à l'Angleterre où il fut l'enjeu et au centre de nombreux faits.

En 1180 le roi Philippe Auguste succède à Louis le Jeune sur le trône de France. Ce fut l’occasion d’une rencontre des deux rois au même endroit mais malgré le traité de Gisors qui consolidait celui d'Ivry signé en 1177; la paix ne put s’installer. Une guerre acharnée s’instaura. En 1188 Henri  Plantagenêt porte les armes dans le Mantois. Tous les villages entre Dreux et Gisors sont en flamme ou victime de ce conflit provoquant la réaction de Philippe Auguste. Henri Plantagenêt repoussé à Mantes se réfugie dans la forteresse d’Ivry en 1189. Le château devient alors le lieu d’une nouvelle entrevue qui se soldera par un nouveau traité de paix où les deux rois décident de partir en commun en croisade. Mais Henri Plantagenêt meurt (1189) et c’est Richard "Cœur de Lion" qui lui succède contraint de respecter les engagements de son père. Le caractère fort des deux rois fait que l’alliance est malheureuse et que les deux hommes ne peuvent cheminer ensemble en croisade. Tous les deux rentrent. A peine de retour Richard "Cœur de Lion" oblige Philippe Auguste à reculer alors qu’il s’était avancé jusqu’à Rouen et était entré en  possession de Pacy et d’Ivry. Une énième négociation s’instaure mais pour que celle-ci ait des chances de tenir les conditions de paix sont incrémentées d’un mariage : Richard s’engage à unir sa nièce à Louis VIII dit "le Lion", fils de Philippe Auguste. Dans la corbeille figure le château d’Ivry. Il faudra cependant attendre 1196 pour que Vernon, Pacy, Ivry et Nonancourt deviennent françaises par le biais du traité de Gaillon  confirmé par le traité de Goulet en 1200. 

S'agissant de la famille d'Ivry il faut attendre 1196 pour que la captainerie du château, occupé par les troupes anglaises depuis 1189, soit confiée à Robert IV d’Ivry (le fils de Galérant 1er) qui entre 1196 et 1200 entreprend de mener des travaux: restauration de la tour maîtresse, renforcement de la gaine de défense qui ceinture les façades Nord et Est sur tous les étages, construction à l’angle nord-est d’une tourelle flanquante etc.

Apparu suspect au yeux du roi de france il fallu de nombreuses garanties pour que Philippe Auguste accepte en 1200 le serment de fidélité de son nouveau vassal et que Robert IV d’Ivry conserve le commandement d'Ivry. Il gardera le château jusqu’à sa mort en 1234.

Fortement armée la forteresse dénombre en 1210 jusqu'à dix balistes et a comme voisin direct, le roi de France, Philippe Auguste qui possede, à titre personnel Pacy, Bréval, Anet ainsi que les revenus de toutes chatelleries environnantes.

En 1211, Galeran II d'Ivry, fils de Robert IV d'Ivry, s'allie au roi de France mais il meurt avant son père en 1232 sans que l'on puisse lui attribuer un rôle important par rapport au château d'Ivry. Par contre à la même date de 1211, sous couvert du roi, Bréval passe entre les mains d'Ivry reformant un territoire immense semblable à celui qui existait à l'époque d'Ascelin Goël. Outre Bréval l'étendue placée sous possession de Robert IV d'Ivry sire d'Ivry figure Garennes, Saint André, La Neuville, Serez et bien d'autres lieux dont nombres de châteaux forts situés en France dépendant directement de Bréval. Cette configuration subsitera jusqu'à la succession de Diane de Poitiers

Vers 1253,le château d'Ivry revient à l'un des fils de Galéran IIRobert V d'Ivry dit "Robin" qui décédera vers 1283 sans que l'on sache grand chose sur ses agissements. Depuis 1271 la forteresse est placée sous la garde du roi et c'est un de ses petits-fils de Galéran II nommé également Robert qui lui succède jusqu’en 1293 sous le patronime de Robert VII d'Ivry dit "Robinet"  sans qu'il en soit pour autant qualifié seigneur d'Ivry.

Pour être clair il faut préciser qu'à cet instant et durant près d'un demi siècle la succession généalogique et jalonné de plusieurs Galéran, Robert, Jean et Guillaume et qu'elle reste pour les historiens une part d'ombre difficile à éclaircir. Concernant l'historique de la forteresse on retiendra seulement que pendant ce laps de temps Ivry vit une période de calme relatif durant laquelle la forteesse joue un rôle de second plan. On observe cependant quelques éléments intéressants comme la venue du roi de France Philippe V en 1317 alors qu'il se rend au Vaudreuil signer une lettre par laquelle il permet aux ecclésiatiques de la ville d'acquérir et posséder des biens immeubles et la signature par Robert VII d'Ivry d'une transaction pour le patronnage et l'administration de la Maladredrie de la Chaussée d'Ivry en 1318.

 

 

En 1365, après la reprise de Rolleboise aux anglais, Guillaume d’Ivry (fils de Charles d’Ivry) compagnon de Du Guesclin durant la reprise de Meulan et Mantes devient capitaine d’Ivry et de Bréval et reçoit à ce titre une somme de 600 livres tournois

En 1375 des travaux sont entrepris sur le château suite à prise de ce dernier par les troupes de Charles le Mauvais

Charles d'Ivry, seigneur de Breuilpont frère de Guillaume d'Ivry est alors nommé capitaine d'Ivry durant la minorité de ses neveux Charles et Jean cependant le territoire et le château restent sous le contrôle de Charles le Mauvais c’est pourquoi il  n’en aura véritablement le contrôle qu'au décès de Charles le Mauvais en 1378. Il meut en 1380 laissant Ivry à Charles II d’Ivry

En 1380 le château est tenu par Charles II seigneur d’Ivry, baron,  chevalier, conseiller et chambellan du roy, fils de Guillaume, baron d’Ivry et de Marie de Montmorency. En 1382 Charles VI, habite le Manoir d’Ivry (situé au lieudit La  Malmaison aujourd’hui ferme proche de l’actuel château d’eau d‘Ivry). Ami de Charles VI il devient Baron d’Ivry et Chambellan du roi de France. Il a 2 chevaliers et 6 écuyers à son service, lesquels lui ont prêté hommage. En échange de leurs services, il leurs concède un fief (c’est à dire une terre avec des paysans) à titre d’exemple, le chevalier Eustache de Berruyer a reçu le fief Boucy à Boussey.

Jusqu’à sa mort à la bataille d’Azincourt en 1415 il participe à de nombreux évènements : expédition française en Ecosse dans le but d’attaquer l’Angleterre (1385) ; expédition franco-bourguignonne contre le duc de Gueldre allié des Anglais (1388) ; expédition du Roi contre le duc de Bretagne (1392) ; la prise de Compiègne aux Bourguignons (1414) et il est présent à la signature de la Paix d'Arras.

Entre temps il compose en 1390 une réponse aux poèmes "Les Cent Ballades contenant des conseils à un chevalier pour aimer loyalement" sur la chevalerie et l’amour.

Durant les trois dernières années de sa vie (1412-1415) il est décrit "Souverain Maître et Réformateur des eaux et forêts du Roi", ce qui est une fonction très importante puisqu'il administre les eaux et forêts royales (production de bois, chasse...) lesquelles sont une importante source de revenus pour le Trésor du Roi. On observera qu’à ce titre Il obtiendra en outre un droit de chasse dans la forêt de Dreux.

Au début du XVe siècle, alors que depuis 1337 la guerre de Cent Ans oppose la dynastie des Plantagenets à celle des Valois et à travers elle le royaume d’Angleterre et celui de France, le château d'Ivry devint le lieu de réunion d'ambassadeurs chargés de négocier la paix entre les factions d'Orléans et de Bourgogne (du 31 Août au 11 septembre 1413).  On y note la présence des seigneurs dits de Sicile, de Berry, de Bourgogne, d'Orléans, d'Alençon".

Il semble que ce soit à cette époque que les fortifications du château d’Ivry furent renforcées et que d’importants travaux furent réalisés notamment au niveau de la Tout Nord pour qu’elle puisse recevoir les nouveaux armements (bombardes, couleuvrines, etc.) qui n'arrivérent jamais.

Dès 1416 les hostilités de la guerre de Cent Ans entre français et anglais reprennent. Le site d’Ivry étant un enjeu majeur Anglais et Français veulent se rendre maitre de ce verrou important. En 1418, le duc de Gloucester (Humphrey de Lancastre) envoie son connétable John Talbot faire le siège du château d’Ivry tenu alors par un capitaine (Pierre Dorgery).  Soutenu par une artillerie redoutable les troupes anglaises s’emparent de la forteresse au bout de 40 jours.

Les affrontements ayant laissé des marques indélébiles dans les vieilles murailles le site fut réparé, reconstruit, agrandit et  à nouveau adapté à l’évolution des engins de siège.

Il faudra attendre 1423 pour qu’une troupe française de 400 hommes conduite par le capitaine Géraud de la Pallière profite d’une erreur de guet et reprenne par surprise le château d’Ivry à un prince breton Artus comte de Richemond. Un an plus tard, le 8 juillet 1424,  le Duc de Bedford (Jean Lancastre membre de la famille royale d’Angleterre) assiège à nouveau Ivry. La garnison en place étant en nombre insuffisant face aux 10 000 anglais siégeant au pied du château fit appel à des renforts : une armée composée de 20 000 hommes (italiens et écossais) commandée par le général Ecossais Jean Stuart comte de Buckam venu en aide à Charles VII. Celle-ci ne vint pas préférant se détourner sur Verneuil où la bataille aura lieu. Aussi le capitaine Géraud de la Pallière (selon un engagement pris lors d’une réunion des états de Normandie) dut ouvrir les portes aux anglais qui s’emparèrent du château puis allèrent aussitôt combattre à Verneuil. C’est pendant cette période où le comté d’Ivry est tenu en fief du roi d’Angleterre sous l’autorité d’un certain Jean Holland comte de Huntington que les anglais commencent à démolir les parties supérieures de la forteresse.

Les anglais vont rester maîtres de la place jusqu’en 1449 date à laquelle le connétable Jean de Dunois occupe la ville encore fortifiée se blottissant au pied des murailles du château. Dans les textes il n’est pas fait mention d’une bataille quelconque devant la forteresse. Les dégâts causés par les Anglais l’ont complètement neutralisée aussi pour être certain que  la place ne soit pas reprise et redevienne le théâtre de nouvelles luttes le comte de Dunois fait démolir ce qui reste des fortifications.

Ce dernier épisode marque la fin du château d’Ivry comme enjeu. La Normandie est rattachée au royaume de France. Ivry ne jouant plus aucun rôle militaire, ce qui subsiste du château n’est plus alors qu’une simple résidence jusqu’à ce qu’il finisse au fil des siècles par être totalement oublié et à l’abandon.

     
     

Cette page est toujours en cours de construction

En attendant vous pouvez voir l'ancien site en cliquant ICI